Paroles d’Instrument Mai 2014

PI-affiche-2014-05-06-photo-webDans la saison « Paroles d’Instrument« , un concert en sonate avec Françoise Gnéri (alto) et Valery Rogacev (piano) aura lieu le vendredi 16 mai 2014 à 20h00 à l’Hotel Magnol, 10 rue du Bayle, Montpellier. Le concert est précédé d’anectotes sur l’histoire et la fabrication des violons et se termine avec les instruments, les musiciens et les luthiers autour d’un verre. Plus d’infos

Publié dans Non classé | Marqué avec | Commentaires fermés

Bonne Année 2014

Happy New Year 2014 from yanoo on Vimeo.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Montpellier Mélomane: rencontres avec les luthiers

Montpellier Mélomane: rencontres avec les luthiers

visite guidée Office du TourismeMontpellier possède pas moins de 11 ateliers de luthiers rien qu’en violon!

Avec plus de 25 luthiers, c’est la ville la plus dynamique en terme de fabrication d’instruments de musique et pour ainsi dire la capitale de la lutherie.

L’Office de Tourisme propose de vous faire découvrir ce métier passionnant par un chemin mélomane: des coulisses de l’Opéra jusqu’à la création d’un violon.

Réservations

Publié dans Non classé | Marqué avec | Commentaires fermés

AIMM 2013

12ème édition des Master Classes de l’AIMM
Juillet 2013
Dans le cadre de la 12ème des Master Classes l’Académie Internationale de Musique de Montpellier venez assister aux concerts inteprétés par les jeunes solistes !
Lundi 29 et mardi 30 juillet / 18h00 (entrée libre)
Elèves de Akiko Ono, violoniste et professeure à la Yehudi Menuhin School (Angleterre)
Programme : KREISLER, BLOCH, SARAZATE, MENDELSSHON, VIEUXTEMPS…
Mercredi 31 juillet / 18h00 (entrée libre) CONCERT SUPPLEMENTAIRE
Elèves de Nobuhiko Asaeda, violoniste soliste, ancien violon solo de l’Orchestre de Mannheim.
Programme : MOZART, KREISLER, BACH…
Accompagnés au piano par Emmanuelle Turbelin.
Hôtel Magnol – 10 rue du Bayle (Quartier Sainte Anne)
Renseignements 04.67.60.87.11
Publié dans Non classé | Marqué avec , | Commentaires fermés

Paroles d’Instrument Janvier 2013

Paroles d’instrument: La musique à travers l’histoire des violons

 

Au-delà des interprètes remarquables et de la qualité des oeuvres proposées, «Paroles d’instruments» met l’accent sur les instruments joués. En effet, en préambule au concert, un des luthiers organisateurs vous fera découvrir l’histoire des instruments, en vous donnant des informations sur leur fabrication et en vous racontant des anecdotes sur les artistes qui les ont joués… Après le concert, vous rencontrerez, autour d’un verre, les musiciens et les luthiers du quartier Sainte-Anne. Vous pourrez approcher au plus près le monde méconnu des luthiers !

En partenariat avec Pianorama, GGL Groupe, KPMG et l’Opéra Orchestre national de Montpellier Languedoc-Roussillon

Samedi 19 janvier 2013 / 20h00

Récital d’alto

Francoise Gnéri

 

Alto Charotte Dussouchet Angoulême 1817

Francoise Gneri  joue un alto de 40,5 cm fabriqué en 1817 par Claude Charotte d’Angoulême, issu d’une grande famille de facteurs et de marchands d’instruments de Mirecourt qui s’étend sur 7 générations du XVIIe au XXe siècle. Si l’on fabrique en France des violons depuis le XVIIe siècle, il faut attendre le XIXe pour que la lutherie française se distingue enfin en Europe avec des luthiers comme  Nicolas Lupot et Jean-Baptiste Vuillaume. Mais ce sera déjà plus d’un siècle après les fameux Stradivarius !

Les raisons de ce retard se retrouvent dans des spécificités bien françaises. La Révolution française aurait-elle contribuée à bouleverser la domination italienne ?

 

Francoise Gnéri

Nommée en 2009 professeur d’alto au CNSM de Lyon,Françoise Gnéri est une musicienne au parcours éclectique et original, qui se distingue par son engagement passionné dans les projets les plus variés.
Son activité intense de chambriste et sa profonde connaissance de la musique du XXème siècle lui valent d’être invitée sur les plus importantes scènes françaises (Châtelet, Radio-France, Théâtre des Champs Elysées, Beaubourg, etc…) et étrangères (Brême, Venise, Lisbonne, Tokyo, New-York…) où elle se produit avec des artistes tels que Philip Hirschorn, Christoph Henkel, Roland Pidoux, Jean-Pierre Wallez, Maxim Vengerov, Bruno Pasquier, François Salque, Claire Désert, Olivier Charlier. Elle constitue en 2011 un trio à cordes avec Marianne Piketty et Ophélie Gaillard.
Régulièrement sollicitée par Jean-François Zygel pour participer à ses leçons de musique et à son cabaret classique, elle partage avec lui ce goût de créer un rapport dynamique entre le public et les musiciens et met son talent au service de manifestations originales, mélangeant de nouveaux publics, dans des lieux insolites, dans un désir de partage et de communication.
Programme:

J.S. BACH  /  Suites

 

Publié dans Non classé | Marqué avec , | Commentaires fermés

Le public américain aime le made in Montpellier

Deux Luthiers de Montpellier primés aux Etats-Unis

Le made in France a su séduire et conquérir le public américain…

 

Yann Poulain (à gauche) et Nicolas Gilles (à droite), luthiers installés dans le quartier Sainte-Anne de Montpellier, viennent d’être récompensés au concours de lutherie de la prestigieuse Violin Society of America (VSA) !

Ce concours biennal s’est tenu du 11 au 16 novembre à Cleveland, dans l’Ohio aux USA. Yann Poulain a obtenu un certificat de sonorité pour son quatuor*.

Nicolas Gilles a reçu une médaille d’argent sonorité du quatuor* et une deuxième médaille d’argent pour lutherie violoncelle.

Le concours de la  Violin Society of America a remporté cette année aussi un grand succès avec 295 compétiteurs de 28 nationalités différentes et 501 instruments jugés par un jury composé de luthiers et de musiciens internationaux.

Yann Poulain et Nicolas Gilles sont membres de l’association Trans-Art et de l’Académie Internationale de Musique de Montpellier (AIMM).

Depuis septembre, l’AIMM propose une série de concerts intitulé  » Paroles d’Instruments  » à l’Hôtel Magnol dans le quartier Sainte-Anne de Montpellier. Cette série de concerts est organisée par les luthiers du quartier Sainte-Anne de Montpellier, Frédéric Chaudière, Wolfram Neureither, Yann Poulain, Baptiste Juguera et Nicolas Gilles, en partenariat avec GGL Groupe, KPMG, Pianorama et l’Opéra Orchestre National Montpellier Languedoc-Roussillon.

(*quatuor : présentation de 2 violons, 1 alto et 1 violoncelle)

Source: http://www.cma-herault.fr/Actualites/Deux-Luthiers-de-Montpellier-primes-aux-Etats-Unis_335.html

Publié dans Non classé | Marqué avec , | Commentaires fermés

Parole d’instrument Novembre 2012

Paroles d’instrument: la musique à travers l’histoire des instruments

Au-delà des interprètes remarquables et de la qualité des oeuvres proposées, «Paroles d’instruments» met l’accent sur les instruments joués. En effet, en préambule au concert, un des luthiers organisateurs vous fera découvrir l’histoire des instruments, en vous donnant des informations sur leur fabrication et en vous racontant des anecdotes sur les artistes qui les ont joués… Après le concert, vous rencontrerez, autour d’un verre, les musiciens et les luthiers du quartier Sainte-Anne. Vous pourrez approcher au plus près le monde méconnu des luthiers !

En partenariat avec Pianorama, GGL Groupe, KPMG et l’Opéra Orchestre national de Montpellier Languedoc-Roussillon

Vendredi 30 novembre  /  20h00

Duo alto-piano

Christophe Gaugué joue un alto de Yann Poulain

et

Catherine Garonne au Piano

(Plein tarif : 20€ Tarif réduit : 15€)

Christophe Gaugué

Premier prix d’alto et de musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (1984) où il enseigne actuellement, Christophe Gaugué s’est produit dans le cadre de nombreux festivals, notamment avec le Trio Wanderer.

Programme:

F. Schubert / Arpegionne

D. Schostakovith / Sonate pour alto et piano Opus 147

Publié dans Non classé | Marqué avec , | Commentaires fermés

Violon d’Ingres

Violon d’Ingres. Un luthier de Montpellier livre sa théorie sur l’énigme des Stradivarius.

Par Aurélie Jacques

Voilà cent cinquante ans que les grands experts en lutherie s’interrogent sur un point d’environ 2 millimètres de diamètre. Une sorte de nombril creusé au centre de la partie inférieure de la caisse de résonance, appelée le « fond », des violons d’avant 1750.

A quoi ce ventral pin (cheville ventrale), comme disent les anglophones, pouvait-il bien servir ? Est-ce la marque de la pointe d’un compas ? La signature de l’artisan ? « Les théories émises ne me paraissaient pas vraisemblables », tranche Yann Poulain, un luthier de 31 ans, qui s’est installé à Montpellier en 2005, après avoir été formé à la prestigieuse école de Newark-on-Trent (Angleterre).

Obsédé par cette énigme, ce jeune homme discret et obstiné, qui élabore pour des musiciens internationaux des instruments sur le modèle des anciens, s’est lancé dans des recherches huit années durant. Car les violons les plus prestigieux sont dotés de cette cheville ventrale, notamment ceux confectionnés en Italie, à Crémone, depuis l’invention de l’instrument par Andrea Amati, en 1535, puis par Stradivarius et Guarnerius.

Contrairement aux théoriciens, l’approche de Yann Poulain est empirique. Il s’est fondé sur la conviction que le fameux point n’était pas une coquetterie mais bien utilitaire. « Avant 1750, le métal et l’usinage étaient très coûteux, explique-t-il.Je me suis mis dans la peau d’un luthier du XVIIIe siècle, qui ne disposait que de peu d’outils. » Yann Poulain se plonge dans les ouvrages anciens, se rend à Crémone, où un musée consacré à la lutherie expose de vieux outils, arpente les brocantes.

Il met alors la main sur un foret d’époque qui présente une curieuse forme. Il est doté en son centre d’une fine pointe, dépassant en longueur la partie coupante. Vraisemblablement, l’aiguillon permettait de guider l’outil dans le bois et de creuser autour de son axe un trou cylindrique.

Le ventral pin ne serait ainsi que la marque de forets utilisés pour réaliser une excavation au centre du bois, laquelle n’est plus visible une fois l’instrument achevé. « A l’époque où les étaux et les presses étaient rares, ce trou cylindrique servait à caler le morceau de bois à raboter sur une butée fixée à l’établi », poursuit Yann Poulain.

Une fois la partie extérieure du violon rabotée, l’intérieur était creusé à son tour jusqu’à la profondeur de ce trou. Ne restait alors que l’infime marque de l’aiguillon.

Cette hypothèse a fait l’objet d’une publication dans la revue de référence anglaise The Strad, comme Stradivarius. Yann Poulain, qui a adopté dans son propre établi la technique permettant une « grande maniabilité dans le rabotage et un travail plus sensoriel », y fait la comparaison entre le ventral pin et un nombril : « C’est une preuve de la naissance et du lien à la mère créatrice. » Les grands experts en sont restés cois. Ils n’ont ni validé ni infirmé l’hypothèse.

 

La capitale française de la lutherie

C’est un aspect peu connu de Montpellier. Au fil des deux dernières décennies, la préfecture de l’Hérault est devenue la deuxième ville au monde, après Crémone, en concentration de luthiers fabricants (par opposition aux luthiers qui restaurent des instruments existants, tels qu’on en trouve beaucoup à Paris). Elle dépasse en cela Mirecourt, dans les Vosges, longtemps la ville de référence pour la lutherie, et, de peu, Angers. Malgré l’absence de tradition locale dans le domaine, la ville compte aujourd’hui onze ateliers, dont quatre situés dans le quartier Sainte-Anne. Certains luthiers comme Nicolas Gilles et Frédéric Chaudière remportent régulièrement des concours internationaux. Dans la profession, on commence même à parler d’une  » école de Montpellier « . Elle produit des instruments haut de gamme destinés aux professionnels.

A Montpellier, les premiers luthiers se sont installés sur la lancée du festival de Radio France et de la labélisation de l’Orchestre national, voilà une vingtaine d’années. Le bouche-à-oreille, l’émulation entre les artisans et probablement la qualité de la vie locale ont fait le reste. » Nous partageons nos connaissances, nous nous prêtons des outils, ce qui permet d’apprendre rapidement « , explique Yann Poulain. Après avoir organisé une exposition Stradivarius en 2008 au musée Fabre, le benjamin d’entre eux a lancé la Fête des luthiers, qui a réuni au printemps 80 artisans et une centaine de musiciens autour de concerts, de conférences et d’expositions. Destinée à être renouvelée tous les deux ans, la manifestation a pour but de promouvoir la lutherie contemporaine. Pour la première édition, des musiciens de renom ont joué avec différents instruments. Formé de luthiers et de simples amateurs, le public devait dire à quel instrument allait sa préférence. Surprise : un violon du Montpelliérain Frédéric Chaudière a surpassé un Stradivarius, considéré comme l’instrument parfait.

Le Point – Publié le 26/05/2011 à 15:48

le point

Sources: http://www.lepoint.fr/villes/cordes-ombilicales-26-05-2011-1339450_27.php

Publié dans Non classé | Marqué avec , , | Commentaires fermés

A la rencontre des Luthiers de Montpellier

Emission Territoire: à la rencontre des Luthiers de Montpellier

 


Territoire à la rencontre des Luthiers de… par TVSud
tvsud-logo

Sources:  http://dai.ly/xihfpf

Publié dans Non classé | Marqué avec , | Commentaires fermés

La Fête des Luthiers se poursuit

20minutes-logoLa fête des luthiers se poursuit

Publié le 28 avril 2011.

Commencée lundi, la fête des Luthiers poursuit son programme à un rythme soutenu, jusqu’à dimanche. Aujourd’hui, de 11 à 18 heures, vous pourrez assister gratuitement aux joutes sonores au Corum, où un concert est aussi prévu, salon du Belvédère, à 11 heures, avec le duo Dejan Bogdanovic et Pierre-Henri Xuereb. Deux autres duos se produisent, hôtel Magnol : à 17 heures, avec Vadim Tchijik ( violon ) et Armine Varvarian (piano), puis à 19 heures avec la prestation de l’alto Bruno Pasquier et de la pianiste Monique Pierre-Moitié. Les trois concerts sont à entrée libre. Pour rappel, l’objectif du festival est de mettre en valeur les instruments à cordes. Une idée de Yann Poulain, membre du “quatuor” des Luthiers de Montpellier Sainte-Anne, avec Frédéric Chaudière, Wolfram Neureither et Nicolas Gilles. Leur job : créer des instruments à cordes frottées pour des musiciens de renommée internationale, avec un savoir-faire ancestral.

 

Sources: http://www.20minutes.fr/montpellier/714405-montpellier-la-fete-luthiers-poursuit

Publié dans Non classé | Marqué avec , | Commentaires fermés